CAROLINE KERJEAN

Auteure & artiste, de fil en histoire.

Avec son éternel lustre & sa richesse veloutée, le portrait à l'huile "ajoute une touche de grandeur à tout intérieur", note le WSJ.

Découvrez les oeuvres d'une portraitiste en éditions limitées et uniques destinées à parer les plus beaux chez-sois...

"SAUVER LE BEAU"

S’opposant à la logique de la surconsommation, du prêt-à-jeter, d'une "société de la positivité", élaborant une méditation sur le "Beau" à la suite du philosophe Byung-Chul Han, ces créations invitent à un ré-enchantement, un mysticisme. À une suspension de la "violence du temps"permettant de s'attarder sur l'altérité sensible, radicale et évanescente de l'être humain et de la nature.

L'alliage proposé d'influences classiques & contemporaines, chics & rustiques véhicule par ailleurs une conscience éco-responsable via le réemploi et le recyclage des matériaux.

Dans l'ensemble, mon oeuvre vise à élucider ce mystère que l’auteure Wendy Steiner baptise « The Trouble With Beauty, » c’est-à-dire la question de savoir pour quelles raisons l’art et la culture contemporains nous paraissent toujours plus aliénants.

Et si l’art, la culture ne se résumaient pas à un produit de consommation, à une pratique thérapeutique ou même à l’expression d’idéaux abstraits? Et si l’art invitait plutôt à une véritable éducation à l'éthique?   

Méditons la question en remontant le fil de l'histoire sur les traces d’une esthétique fondée sur ce que le grand Tarkovsky appelait "la catégorie spirituelle" du temps...

***

À gauche: Caroline Kerjean, Effilochement (Fraying World), d'après de Vinci (1452-1519), crayon graphite sur panneau de bois, collage, éléments graphiques

THÉMATIQUES

Temporalité(s) & mémoire

Esthétique environnementale

Écologie contemplative

Perspectives d'est en ouest

TEXTES

WIND AND FLOW OF TIME: ON THE EXHIBITION HISTORY OF A COSTUME; SOCIETY PAGES, Morrin Centre, 2023

''SECRET GARDENS''; AMETHYST
REVIEW
, 2023

A BLOODY SONG: HOW ANIME AND LITERATURE COLLIDE, 2020

***

À droite: Caroline Kerjean, Temporalités, d'après Dürer (1471-1528) et de Staël (1914-55), huile sur toile, crayon graphite sur papier, éléments graphiques

MÉDITATIONS MUSÉALES

​HISTOIRE D'UN COSTUME

SAHB, Québec, 2023

La vérité dépend de notre expérience du temps. La vérité objective s’offre à nous, elle existe grâce aux repères de la durée, nous enseigne le philosophe sud-coréen Byung-Chul Han au fil de son livre

Le parfum du temps (2009).

L'exposition L'Histoire d'un costume fut présentée à l'été 2023, dans un petit musée non loin de celui mettant en vedette les "hallucinations temporelles" du grand Alexander McQueen (L'art rencontre la mode, MNBAQ).

À plus modeste échelle, l'Histoire d'un costume se voulait une méditation artistique et littéraire sur le texte de Han. Elle se déclinait en trois temps, ou thèmes : Le temps dénaturé, le temps d’un thé et le (prin)temps retrouvé.

De fil en histoire, d’un siècle à l’autre, l'exposition invitait à se laisser guider par des créations s’inscrivant, de par leur genèse, dans la « longue durée » d’un métier-passion, celui des travaux d’aiguille.

Dans cette œuvre siège une durée qui crée la beauté, renoue avec la nature, invite à découvrir l’essence du « temps » caché dans la pratique « contemp-lative ».

Découvrons-la, apprivoisons-la, entendons cet urgent mot de Nietzsche, qui vient clore l’essai de Han: « Par manque de repos notre civilisation court à une nouvelle barbarie. En aucun temps les gens actifs, c’est-à-dire les gens sans repos, n’ont été plus estimés. Il y a donc lieu de mettre au nombre des corrections nécessaires que l’on doit apporter au caractère de l’humanité, la tâche de fortifier dans une large mesure l’élément contemplatif. » ​(Humain, trop humain, 1878)

***

À gauche: Caroline Kerjean, Jardins secrets (Portrait de Kazuo Ishiguro), crayon graphite sur papier, éléments graphiques.

QUELQUES CRITIQUES

I enjoyed [the read]—simultaneously very academic and well-written.

(Morris Berman, historian, social critic and authorofNeurotic Beauty: An
Outsider Looks at Japan
)

The best tribute to a favorite manga and anime is to analyze it, delving into its influences, insights, and impact. The author does this beautifully in her personal, passionate, powerful essay about Rose of Versailles.”

(Alisa Freedman, Professor of Japanese Literature and Film, University of
Oregonand Editor-in-Chief of the US-Japan Women's Journal“)

I was impressed by your clear, graceful writing and the
wonderful diversity of sources you bring to bear on your topic.”

(Wendy Steiner, Richard
L. Fisher Professor of English, University of Pennsylvania)

Wonderful book. I was especially struck
by the author's explanation of koi. I know the feeling...

(Andrew Feenberg, Simon Fraser University, Author of Nishida, Kawabata ​and
the Japanese Response to Modernity)

I especially admire the way you emphasize the personal aspects of all the issues you write about. Also very impressed by your artwork--your portraits have the same rewarding focus on the personal that's in your essay.

(Edward Mendelson, professor of English and comparative literature, Columbia University, author of The Things That Matter)

***

À droite: Caroline Kerjean, Clara Barton & une jeune amie, crayon graphite sur papier, éléments graphiques.

CRITIQUES, LA SUITE

Travail artistique et philosophique de haut niveau qu'il faut préserver et faire connaître.

(Commentaire d'un visiteur à l'exposition l'Histoire d'un costume)

I appreciate this essay for reasons far beyond my being an admirer of Tarkovsky. You say exactly why we don't move completely out of the past, no matter how much we live in today. It is a delicate balancing act for the mind, to feel grateful for former experiences while reaching for new ones,​ especially those that can overcome a loss.

(D. Chorlton on the essay ''Secret Gardens'')

***

À gauche: Caroline Kirouac, Gentilhomme, d'après Vigée-Lebrun (1755-1842), huile sur toile.

HOMMAGES

Un mot d'hommage adressé ici à toutes ces personnes, disparues ou vivantes, qui ont généreusement contribué à façonner, grâce à leur intelligence, leur vision et leur passionné dévouement aux choses de l'esprit, mon propre parcours.

Je crois que c'est encore Virgina Woolf qui résume le mieux la vaste gratitude mêlée de mélancolie et d'effroi que j'éprouve en pensant à elles:

From this I reach what I might call a philosophy; at any rate it is a constant idea of mine; that behind the cotton wool is hidden a pattern; that we — I mean all human beings — are connected with this; that the whole world is a work of art; that we are parts of the work of art. Hamlet or a Beethoven quartet is the truth about this vast mass that we call the world. But there is no Shakespeare, there is no Beethoven; certainly and emphatically there is no God; we are the words; we are the music; we are the thing itself. And I see this when I have a shock.”

***

À droite: Caroline Kerjean, Virginia Woolf (esquisse), crayon graphite sur papier, éléments graphiques.

Abonnez-vous à notre infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre afin de recevoir les dernières nouvelles !

*En vous inscrivant via ce formulaire, vous signifiez que vous souhaitez recevoir nos courriels. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.